Comptes rendus d'observation

Comptes rendus personalisés

Soirée d'observation du 04/08/18 avec Eymeric (en cours de rédaction)

Soirée d'observation du 01/09/18 avec Alexia (en cours de rédaction)

Soirée d'observation du 20/09/18 avec Olivier et Delphine

L'univers est vaste... grandiose... infini !

Vous êtes 1 personne sur 7 milliards, sur 1 planète faisant partie d'un système de 8 planètes, qui orbitent autour d'1 étoile (notre soleil), parmi 300 milliards d'autres étoiles, situées dans 1 galaxie (la voie lactée), parmi au moins 200 milliards d'autres galaxies observables...

Applications aidant à l'observation

Pas mal d'applications sont disponibles sur Smartphone et tablettes, tels que des cartes du ciel intéractives et des prévisions de passage de certains objets stellaires.

La meilleure carte selon moi : Stellarium ! C'est une applicatoin payante (2,59 €) mais très bien faite et en français.

Il y a aussi SkySafari, gratuite mais en anglais... Avec la possibilité d'avoir des infos et photo sur l'objet sélectionné.

Si vous voulez partir à la chasse aux sattelites, vous pouvez voir les prévisions de passage des objets, tels que l'ISS (Station Spatiale Internationale), et d'autres satellites traversant le ciel avec Heavens-Above.

Dossiers

ISS - Station Spaciale Internationale

 

 

Nous parlons toujours brièvement durant les observations, des satellites en orbites autour de la Terre.

Le plus connu est l'ISS, la Station spatiale internationale. Cest une station spaciale placée en orbite terrestre basse, occupée en permanence par un équipage international qui se consacre à la recherche scientifique dans l'envirronement spacial. Ce programme, lancé et piloté par la NASA, est développé conjointement avec l'agence spatiale fédérale russe, avec la participation des agences spatiales européenne, japonaise et canadienne.

L'assemblage en orbite débute en 1998, mais l'accident de la navette spatiale Columbia, en 2003, retarde sensiblement son avancement. Les ambitions du programme sont, à plusieurs reprises, revues à la baisse, faute de disposer de budgets suffisants, tant du côté russe qu'américain. Pour assurer le ravitaillement et rehausser l'orbite régulièrement dégradée par latraînée atmosphérique, plusieurs vaisseaux spatiaux se relaient : les cargos Progress russes, le HTV japonais, les Cygnus et Dragon américains tandis que le vaisseau russe Soyouz assure de manière exclusive la relève des équipages. La construction de la station s'est achevée en 2011.

La station spatiale internationale est le plus grand des objets artificiels placés en orbite terrestre. Elle s'étend sur 110 m de longueur, 74 m de largeur et 30 m de hauteur et a une masse d'environ 400 tonnes. Elle comporte une quinzaine de modules pressurisés, dont quatre consacrés aux expériences scientifiques.

La station se déplace autour de la Terre à une altitude maintenue autour de 350–400 kilomètres. Elle est occupée en permanence depuis 2000, d'abord par trois personnes, puis par six à compter de novembre 2009. Chacun des six astronautes, au cours de son séjour d'une durée de 3 à 6 mois, partage son temps de travail entre les opérations d'assemblage, de maintenance, et les tâches scientifiques. Les travaux scientifiques portent principalement sur la biologie  – en particulier l'adaptation de l'être humain à l'absence de pesanteur – ainsi que sur la science des matériaux et l'astronomie.

La station spatiale internationale a de nombreux détracteurs qui lui reprochent son coût, estimé à près de 115 milliards de dollars, que ne justifient pas, selon eux, les résultats scientifiques obtenus ou potentiels. Les partisans de la station spatiale mettent en avant l'expérience acquise dans le domaine des séjours longs en orbite et l'importance symbolique d'une présence permanente de l'homme dans l'espace. Elle doit être utilisée au moins jusqu'en 2024.

Quelques notions d'astronomie et lexique

Unité Astronomique :

1 UA = 1 x distance Terre/Soleil

 

Années-lumières :

Une année-lumière est égale à la distance parcourue par la lumière dans le vide pendant uneannée.

1 année-lumière = 9461 milliards de kilomètres (presque 10 000 milliards ou 10 000 000 000 000 de kilomètres)

1 heure-lumière = 1 079 252 848,80 km

1 minute-lumière = 17 987 547,48 km

1 seconde-lumière = 300 000 km

1 UA = environ 8,32 minutes-lumière

1 année-lumière = 63 241,077 UA

Par exemple, si l'étoile Proxima du Centaure, située à 4,22 années-lumières venait à disparaître, il nous faudrait 4,22 ans avant de nous apercevoir que sa lumière ne nous parvient plus.

 

Quelques chiffres :

Distance Terre/Lune = 1,28 seconde-lumière

Distance Terre/Soleil = 8,3 minutes-lumière

Proxima Centauri est l'étoile la plus proche du système solaire à 4,22 années-lumières

La galaxie d'Andromède, la galaxie la plus proche de la Voie Lactée, se situe à environ 2,55 millions d'années-lumières.

Le halo de la Voie Lactée a un diamètre d'environ 100 000 années-lumières.

Le rayon de l'Univers observable est d'environ 46,6 milliards d'années-lumières.

 

Lexique :

 

Révolution :

La période de révolution, aussi appelée période orbitale, est la durée mise par un astre pour accomplir une révolution complète autour d’un autre astre (par exemple une planète autour du Soleil ou un satellite autour d’une planète).

Amas globulaire :

Un amas globulaire est un amas stellaire très dense, contenant typiquement une centaine de milliers d'étoiles distribuées dans une sphère dont la taille varie d'une vingtaine à quelques centaines d'années-lumière. Les étoiles sont liées entre elle par la gravité.

Amas ouvert :

Un amas ouvert est composé de 100 à 1000 étoiles, de même âge liées par la gravitation. Les amas ouverts sont peu lumineux.

On pense qu'ils se forment au sein des nuages moléculaires, les grands nuages de gaz et de poussières qui constituent les nébuleuses diffuses. Comme le temps nécessaire à leur formation est beaucoup plus faible que leur durée de vie, toutes les étoiles d’un amas ouvert ont plus ou moins le même âge et comme elles proviennent de la même nébuleuse, elles ont la même composition chimique.

L'amas ouvert le plus proche est dans la Grande Ourse, ou pour être plus exact, c’est la Grande Ourse. En effet, la plupart des étoiles de ce célèbre astérisme sont les membres d'un vieil amas ouvert mobile presque entièrement dispersé. Sirius est un ancien membre de cet amas et le Soleil est actuellement dans le « courant » de la Grande Ourse, mais n’en est pas un vrai membre, il passe juste à travers.

Les étoiles d'un amas ouvert sont initialement très proches les unes des autres et se déplacent à la même vitesse autour du centre de la galaxie. Après environ un demi-milliard d’années, un amas ouvert classique tel que les Pléiades ou les Hyades tend à être perturbé par des facteurs externes, tels que des nuages moléculaires passant à proximité, donnant des vitesses légèrement différentes à ses étoiles qui dérivent ainsi de plus en plus. Quand ceci se produit, l'amas devient un « courant » d’étoiles, qui ne sont plus assez proches pour former un amas ouvert, mais qui se déplacent toutes dans une direction et à des vitesses semblables.

Après environ un milliard d’années, l'amas a totalement disparu, les étoiles l’ayant constitué étant dispersées par la rotation de la voie lactée (comme pour l’amas auquel appartenait le Soleil).

Les amas extrêmement denses peuvent rester ensemble plus longtemps, mais aucun amas ouvert ne pourrait subsister aussi longtemps que l’âge du soleil, soit cinq milliards d’années.

Nébuleuse :

Une nébuleuse (du latin nebula, nuage) désigne, en astronomie, un objet céleste composé de gaz raréfié, ionisé ou de poussières interstellaires

Les nébuleuses en émissions absorbent la lumière d'une étoile chaude proche et la réémettent sous forme de couleurs variées à des énergies plus basses.

Les nébuleuses peuvent former des systèmes d'étoiles en s'effondrant sous l'effet de la gravitation. Ainsi, le système solaire se serait formé à partir d’une nébuleuse solaire.

Les nébuleuses planétaires sont des nébuleuses en émission qui sont la marque d'une étoile de faible masse en fin de vie et préfigurent le destin du Soleil

    • Les rémanents de supernova sont des nébuleuses en émission très étendues et sont le résultat de l'explosion violente d'une étoile de masse élevée. Elles arborent souvent une structure filamenteuse caractéristique qui évoque de la dentelle.

Nébuleuse planétaire :

Il s'agit d'une nébuleuse en émission constituée d'une coquille de gaz en expansion éjecté d'une étoile en fin de vie, en transition de l'état de géante rouge à l'état de naine blanche pendant la branche asymptotique des géantes. Quand une petite étoile (moins de huit masses solaires) achève de consommer son hydrogène, puis son hélium, son cœur s'effondre pour former une naine blanche, tandis que les couches externes sont expulsées par la pression de radiation.

Ces gaz forment un nuage de matière qui s'étend autour de l'étoile à une vitesse d'expansion de 20 à 30 kilomètres par seconde (70 000 à 100 000 km/h).